Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
Bienvenue sur votre extranet

FNAIM.ORG

  • le portail des

  • professionnels

  • de l’immobilier

Oeuvrer pour la confiance

​Depuis 1946, date de sa création, notre Fédération a toujours été à l’origine des évolutions législatives ou règlementaires nécessaires à l’exercice de nos métiers, au service des consommateurs.

Ce fut notamment le cas en 1965, en apportant à nos clients la garantie des fonds que nous étions appelés
à détenir pour leur compte, garantie qui n’a été rendue obligatoire qu’en 1970.

C’est vrai aussi pour de nombreuses réformes de la loi de 1970 dite loi Hoguet, de la loi de 1989 sur les rapports locatifs entre les propriétaires bailleurs et leurs locataires, ou encore la loi de 1965 sur la copropriété.                  

Cette tendance s'est confirmée cette année , avec le vote de la loi ALUR, qui oblige désormais statutairement
les professionnels :
> à se former tout au long de leur vie professionnelle (depuis 2004 pour la FNAIM)
> et d'ici peu à respecter un code d’éthique et de déontologie (depuis 2005 pour les adhérents FNAIM)

LE DÉPARTEMENT QUALITÉ DE LA FNAIM

Pour l’essentiel, les réclamations des consommateurs, traitées par le département Qualité de la Fédération, ont pour origine une mauvaise connaissance ou interprétation des textes législatifs et règlementaires par les professionnels.

..............................................................................................................................................................................

Enquête IFOP pour la FNAIM - Novembre 2013

"6 idées fausses sur les Français et leur perception des professionnels
de l’immobilier"

Cette enquête initiée par la FNAIM, témoigne de l’importance du rôle des professionnels de l’immobilier auprès des Français.
Elle révèle un bon niveau de confiance, et une profession jugée "indispensable", tant du côté des locataires que des propriétaires. 

« Nous voulons en finir avec les idées fausses et contre-vérités sur nos métiers et la perception qu’ont de nous nos clients, déclare Jean-François Buet, Président de la FNAIM. Non, nous ne faisons pas un métier inutile : au contraire, les attentes vis-à-vis d’un professionnel sont de plus en plus complexes ; non, nous n’avons pas une mauvaise image ; oui les attentes sont fortes pour que nos services évoluent, et le mouvement est enclenché ; oui internet est en train de changer nos clients et nos métiers mais n’est qu’un complément au professionnel jugé encore indispensable ; et oui la FNAIM joue un rôle dans le choix d’une agence ».

Le professionnel de l’immobilier : 1er choix devant les notaires et les particuliers

Dès qu’ils ont à résoudre un problème de logement, les Français s’adressent majoritairement à un agent immobilier. Ils font appel à lui bien avant un notaire, un expert ou un particulier.
Les particuliers sollicitent principalement les professionnels pour mettre en location ou en gestion leur bien  (55% des réponses), pour le vendre (52%), ou pour procéder à un achat (49%).
A la question « au cours des 5 dernières années, avez-vous eu recours aux services d’un professionnel de l’immobilier pour… ? » : l’estimation d’un bien et l’achat d’un logement en résidence principale sont les principales raisons pour solliciter les services d’un professionnel.

  Des clients satisfaits et confiants...

L’image des professionnels est particulièrement bonne auprès de ceux qui ont eu à en utiliser les services :
> 64 % des clients en ont une bonne image
> 4 personnes sur 5 affirment faire confiance aux agents immobiliers
> 80 % se déclarent satisfaits de l’expertise des agences


... mais des attentes précises pour de nouveaux services

Par type d’action, les services utilisés sont différents, mais surtout il est noté que les services dits
« traditionnels » sont moins utilisés par les catégories de moins de 30 ans.

A souligner, également, une disparité entre province et région parisienne : la gestion des relations avec les locataires est une prestation plus attendue en province (27 %) qu’en région parisienne (17 %).
En revanche, les personnes en recherche d’une location sont plus demandeurs d’accompagnement en région parisienne (33 %) qu’en province (21%).
Pour l’achat d’un bien : les services les plus utilisés demeurent l’organisation de visites accompagnées 50 %), l’accompagnement juridique et réglementaire lors d’une transaction (32 %), et diagnostic d’un bien (29%).
Pour la vente d’un bien : la juste estimation du bien (51%)  et la capacité du professionnel à commercialiser le bien (50%), et la capacité à vendre au prix du client (47%) sont les trois services les plus fréquemment cités.
Pour la location d’un bien : la sécurisation de la transaction (56%), la totale prise en charge de la gestion du bien (51%), les garanties pour les loyers impayés ou dégradations (46 %) et la gestion des relations avec les locataires (24 %) sont les principales attentes.
Du côté locataire : une sélection des biens selon ses critères (49 %), la sécurisation de la transaction (45%) et des propositions de biens en accord avec son budget (41%) sont les prestations attendues.

Internet : un complément indispensable mais qui ne remplace par le professionnel

Si le réflexe Internet est désormais bien ancré (74 % jugent indispensable cet outil), 73 % affirment qu’Internet est complémentaire d’un contact avec un professionnel.
Mais la perception de l’utilité du professionnel en complément d’Internet baisse selon la tranche d’âge : ainsi pour 25-34 ans, 31 % estime qu’Internet peut remplacer un professionnel contre 25 % pour les 50-64 ans.

La recherche d’annonces et d’informations reste la principale raison d’utilisation d’Internet (90 % déclarent utiliser Internet pour se renseigner). Mais la confiance n’est pas toujours au rendez-vous : 25 % sont peu rassurés par l’outil.

Les sites des agences immobilières font jeu égal avec les sites de particuliers en tant que principale source d’information (47 % les déclarent comme leur principale source d’information sur l’état du marché immobilier).

Pour la recherche d’un bien (achat ou location), les sites de particuliers (44%), les sites d’annonces d’agences (42%), et les sites d’agences (39%) sont les 3 principales sources d’information.

Les vitrines d’agence sont plébiscitées à 32 %.

La FNAIM : un facteur de choix pour le client
95 % des personnes ayant eu un contact avec un professionnel de l’immobilier au cours de ces 5 dernières années déclarent connaître le nom de la FNAIM.

Et pour ceux ayant choisi une agence affichant son affiliation à la FNAIM, 84 % déclarent que cette appartenance les a incités à privilégier ce professionnel plutôt qu’un autre.​